Now Reading: Hard Rock, Heavy Metal… Et leurs annecdotes croustillantes

Loading
svg
Open

Hard Rock, Heavy Metal… Et leurs annecdotes croustillantes

21 juillet 20236 min read

 Treize années d’une exceptionnelle créativité musicale : c’est l’histoire que déroule le livre Hard’n’ Heavy en un florilège d’albums dont la critique a pu autrefois, souvent à tort, dénoncer le côté primaire. 

Montrés du doigt dans certains cas, voire stigmatisés comme puérils, violents et grossiers, leurs auteurs ne rêvaient pourtant que d’un rock plus corsé, méchant même, quelles qu’aient pu d’ailleurs en être les tonalités parfois bluesy. Certains des plus influents, dont Black Sabbath et Blue Öyster Cult, auront même participé à ensevelir l’idéal hippie sous un déluge de décibels, substituant ainsi aux mirages de paix et d’amour une débauche d’énergie annonciatrice du hardcore puis du drone metal actuel, véritable matrice des Brain Donor, Witchcraft, Electric Wizard et autre Sunn O))) des années 2000.

Le Mot et le Reste continue leur aventure littéraire dans le monde musical de la musique populaire du XXème siècle. Cette fois-ci, l’exploration se fait dans les contrées barbares du Rock le plus électrique et sauvage des 60’s et des 70’s, à savoir, le Hard-Rock et/ou Heavy-Rock, d’où le titre, «Hard ‘n’ Heavy (Sonic attack)», de 1966 à 1978. Soit de sa genèse, au début de sa mutation (ou, plus exactement, de l’éclosion de nouvelles branches), en passant par ce que beaucoup considère comme son âge d’or. Une musique qui a fini par obtenir ses « lettres de noblesse », au point d’être dénommée actuellement « Classic Rock ».

L’écriture d’un recueil clé

La plume est tenue par Jean Sylvain Cabot (un sudiste d’adoption), désigné en tant que spécialiste de Hard-Rock, journaliste ayant travaillé pour Rock & Folk (magazine qui est d’ailleurs parfois l’objet de petites « pics »), et Philippe Robert, ancien collaborateur des Inrockuptibles, et auteur de trois ouvrages pour cette même maison d’édition. L’écriture est fluide, d’un bon vocabulaire, de lecture agréable et plaisante, exempte de lourdeur et de phrase ronflante. Les auteurs usent (sans abuser) à bon escient de métaphores bien tournées, dont certaines mériteraient d’être reprises comme citations. Nullement thuriféraires, les auteurs essayent, autant que possible, d’avoir le ton juste, en évitant soigneusement d’être laudateurs. Après une introduction pertinente de quinze pages, ce livre présente chronologiquement 106 albums.

Chaque album énuméré comporte une biographie succincte du groupe, ou de l’artiste, et, évidemment, une interprétation littéraire, une analogie de la nature de l’ œuvre. Les auteurs ont évité la facilité (et/ou une optique purement commerciale) en évitant de chroniquer deux opus du même groupe. Ce qui permet ainsi, par la même occasion, de faire (dixit) « sortir des limbes de l’oubli » des groupes au travers d’un de leurs disques (parfois l’unique). Ainsi, au milieu des monstres sacrés (Led Zep, Deep-Purple, Ten Years After, Blue Öyster Cult, Aerosmith, Mountain, Uriah-Heep, etc…), on retrouve avec plaisirs, d’égal à égal, des combos talentueux, qui auraient bien mérité plus de reconnaissance. C’est à ce titre, que figurent Totty, Stray Dog, Buffalo, CWT, Montrose, Incredible Hog, Gun, Three Man Army, Frijid Pink, Ancient Grease, Lucifer’s Friend, Tear Gas, Copperhead, Thruth & Janey, Tin House, Orang-Utan, Chicken Shack, Toad, Variations (groupes dont je recommande également fortement les œuvres), et bien d’autres encore. Car pour les écrivains, c’est une hérésie de limiter cette musique à une douzaine de groupes. Ainsi, ils considèrent que les groupes qu’ils citent, ont également leur place, sur le seul critère esthétique, au panthéon des dieux du Hard-rock.

Ils démontrent ainsi, notamment à travers des disques rarement connus du grand public, que cette musique fait preuve de diversité, d’esprit d’aventure, de passion et d’un certain éclectisme. Ce qui induit une richesse. Il y a également le plaisir d’inciter à la découverte pour les amateurs du genre. C’est l’année 70, qui remporte les faveurs des auteurs, avec 21 galettes commentées. Une fois réévalués au regard du recul qu’autorise l’histoire, les trésors oubliés, les opus cultes et les combos négligés révèlent la vivacité intacte de la source d’inspiration qu’ils représentent désormais.

Hard’n’Heavy, 1966-1978 : Sonic Attack de Jean-Sylvain Cabot & Philippe Robert, Le mot et le reste, 2009 : 21.00 €

Hard & Heavy 1966-1978: Le Son du Metal

#musique #rock #livre #hardnheavy 

Tagged In:#MUSICIENS,
Loading
svg